Pour ne rien vous cacher, si Mad Max Fury trône dans la hiérarchie des meilleurs films d’action de la dernière décennie, c’est bien le dyptique survolté de Gareth Evans The Raid qui m’a le plus marqué. Déferlante fracassante de scènes d’action qui repoussent sans cesse les limites de l’élégance et de la violence. On se souvient du final de The Raid 2 où son héros, à bout de souffle, toise la caméra pour marquer une pause. Pause qui se poursuit dans la réalité par le biais d’une longue attente pour The Raid 3 pendant que son réalisateur s’offre un nouveau projet sous la bannière du géant Netflix. The Night Comes for us arrive à point nommer et parvient à reproduire l’intensité de The Raid grâce notamment à la présence de têtes connues et offre au catalogue Netflix, son meilleur film pour le moment.

Un commando appelé les six mers et formé de guerriers aguerris que la triade charge de mission extremes pour réguler un traffic de drogue colossal. Quand un de ses hommes refusent de tuer une petite fille, il s’attire les foudres de la triade et part en croisade pour tenter d’apporter un peu de justice dans un monde régit par le chaos.

Qu’on se le dise, la trame narrative est assez convenue et légère dans son approche des personnages. Qu’on se le dise aussi, regarder ce film c’est avant tout pour ses chorégraphies stratosphériques. On retrouve ainsi le duo/duel de The Raid 2 avec l’immense Iko Uwais et Joe Taslim qui se livrent corps et âmes dans des combats d’une violence inouïe. L’importance des combats dans l’action n’a d’égal que la minutie des combinaisons offertes. L’utilisation du décor rappellera The Raid et ses scènes dans des couloirs étriqués où le mouvement ne s’arrête jamais, où la lutte à mort ne s’arrête qu’après d’intenses souffrances. On notera la part belle offerte à des personnages féminins charismatiques et dont les combats apportent une variation esthétique remarquable. Une esthétique que la réalisation sublime. Les lents déplacements de caméra et la photographie aux teintes survitaminées apportent une immersion visuelle salutaire. Du fond de la barbarie de ces guerriers dingues surgit parfois une beauté antinomique. Ce point rappelle fortement la maestria de Gareth Evans.

A l’inverse de son illustre prédécesseur, le film se perd parfois dans sa violence et oublie l’aérien qui fait de The Raid une saga de grande ampleur. En effet, à trop vouloir montrer des choses folles et insoutenables (le cutter qui casse dans la bouche ou les intestins qui sortent du ventre d’une femme). Cette lourdeur perd parfois le spectateur qui pourra détourner les yeux ou se lasser. Il faut tout de même noter que cela ne représente pas la totalité du film et que le reste….est jubilatoire.

Imparfait mais totalement jouissif, The Night Comes for Us est un film d’arts martiaux impitoyable à la technique remarquable. J’attends maintenant que Gareth Evans ressuscite Rama et nous offre la conclusion que The Raid mérite.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s