Le monde des films de super-héros est en effervescence depuis quelques années et le carton au box-office des Avengers. Les suites, séquelles, pré-sèquelles se multiplient et laissent des regrets d’une époque où le genre se faisait rare et qualitatif.

En effet, elle est loin l’époque où le film de super-héros se faisait rare. Maintenant que les gars de chez Marvel ont montré qu’il pouvait faire péter le box-office tout les trois mois en pondant un film moyen voir nul, la machine s’est déréglée. Pourtant certains de ces films se sont érigées en film culte en l’espace de quelques années à l’instar du Dark Knight de Nolan ou encore de l’obscure Watchmen d’un certain Zach Snyder car il existe des réalisateurs qui ont l’amour de ce genre et s’échinent à proposer des oeuvres soignées tant techniquement que scénaristiquement.

La multiplication de ces sorties s’inscrit dans l’esprit d’une pseudo guerre commerciale entre Marvel et DC qui se répondent par films interposés afin de glaner le plus de millions possibles sans toutefois ne jamais se poser la question centrale dans toute entreprise filmique une fois leurs oeuvres respectives achevées : Il est bon mon film ? On peut donc craindre que les films à venir sur tout les super-héros entre aperçus dans les dernières productions ne soient que des oeuvres frappé d’un sceau Dc ou Marvel et faites avec à peu près autant d’intelligence que le programme politique de Donald Trump.

Cette méfiance, qui pourrait en choquer plus d’un, a été vivement remise à niveau avec la sortie il y a quelques mois du très prometteur Batman vs Superman qui sans être totalement catastrophique n’offrait pas ce qu’il promettait et résumait parfaitement l’adage de mon tonton Jeannot quand sa femme lui faisait à manger :

J’ai déjà marché dedans mais j’en avais encore jamais mangé.

Il faut bien l’avouer, en dépit d’une première moitié de film réussie avec un Batman plus que convaincant, c’est le second enjeu du film qui a ternie l’oeuvre au point de la rendre infecte et détestable (avec en plus une technique déguelasse et des personnages insupportable avec Lex Luthor en tête). Au vu des premières images des films Wonder Woman ou Justice League on peut désormais craindre le pire car le ridicule et le pathétique semblent prédominer ces oeuvres difformes. Mais le véritable indicateur de la bassesse du travail des hommes de DC est bel et bien le film dont on va discuter : Le Suicide Squad.

Et si Superman avait décider de détruire la terre ? Cette question, somme toute intéressante, anime l’idée d’Amanda Waller qui décide de réunir les méta-humains les plus dangereux afin de former un escadron de la mort qui serait un bouclier conte toute attaque extra-terrestre. Partant de là, on est parti pour le festival de l’incohérence sous la bannière de la connerie et de la nullité.

Partie 1 : Faisons une liste des cons.

En guise d’introduction, chacun des membres de la bande nous est présenté avec un visuel multicolore douteux et l’on découvre comment ils ont été arrêtés ainsi que des bribes de leur passé. C’est aussi l’occasion pour Batman de se mettre en avant en arrêtant une bonne partie des vilains. Alors parmi ses êtres surnaturels, on trouve un seul homme doté de capacité hors du commun en la personne d’El Diablo qui manie le feu. Pour le reste ce sont des êtres ultra-dangereux comme le gros méchant avec son boomerang qui revient quand on le lance. On retrouve aussi Deadshot, Harley Queen ou encore Killer Croc et l’Enchanteresse pour citer quelqu’unes des têtes connues. N’oublions pas d’oublier que Jared Leto a voulu jouer le Joker dans ce film et qu’il est ridicule, nul et totalement dans la caricature. Maintenant que chacun a été présenté, le film décide de les présenter une nouvelle fois parce qu’il faut les remplir les 2h et quelques de film.

Phase 2 : La technique, les dialogues et l’intrigue —> fldmfdfsljfslfd

Là dessus on ne peut que difficilement être gentil ou compréhensif. Le film se confond dans un parti pris esthétique à coté de la plaque. Tentant de rendre cool une bande de vilains sans consistance pour la plupart à l’instar de DeadShot qui pourtant est le plus visible. Les attitudes et les supposées punchlines/vannes sont ridicules comme celle où Margot Robbie brise une vitre et dit

We are bad guys, that’s what we do.

En parlant de Margot Robbie, on notera que son son personnage aurait pu être réussi si on ne le réduisait pas au physique remarquable de son interprète car ses répliques sont navrantes pour l’essentiel. On passera sur la romance entre Gi Joe et la méchante sorcière qui rappelle un, donc tout, épisode des feux de l’amour. On passera aussi sur l’intrigue qui n’a absolument aucun intérêt et aucune logique. Pour rappel, les super-méchants sont forcés d’agir les uns avec les autres sans quoi ils seront tués mais bon la logique on s’en tape alors à la fin ils sauvent tout le monde bénévolement. Mais la cerise sur le gâteau est qu’ils se considèrent tous comme une famille….Faudra quand même nous dire à quel moment ces liens se sont crées parce que l’action du film tient en une ou deux journées.

Phase 3 : Une envie d’Ayer

Au delà du ratage c’est le manque d’ambition et de travail que l’on blame car ce n’est pas un plaisir de taper sur ce projet qui promettait beaucoup. David Ayer criait pourtant qu’il voulait donner une leçon à Marvel avec ce film et il ferait mieux de moins parler et de se concentrer plus sur ses films. Encore une fois, le premier trailer de Justice League va dans le même sens que Suicide Squad : vannes foireuses et esprit de groupe avec un budget qui est passé en royalties pour une utilisation excessives de musiques à des moments totalement inadaptés. Pourquoi mettre de la musique à tout instant si ce n’est pour combler une aventure encore plus lacunaire qu’une fille de joie assisse sur un porc-épic.

Nul doute que l’avenir nous réserve encore des objets de ce type. Faut-il voir la mort (qualitative) d’un genre ? Espérons que non et rabattons nous sur les vrais réalisateurs de films de super-héros comme le talentueux Mathew Vaughn qui offrent ce qui se fait de mieux dans le genre en ce moment.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s