Dans une chambre plongée dans la pénombre, Lucas guette le parking du motel. Le calme semble y régner et il n’en faut pas plus pour réveiller Alton et son père et partir à toute vitesse. Sur les routes, le trio de noctambules vogue tel une ombre dont l’insoupçonnée luminosité sera la croisée de tout les chemins.

**Midnight Special** est sans doute l’un des évènements de l’année loin devant beaucoup d’autres grandes sorties car il catalyse les attentes les plus importantes. En effet, après trois films impressionnants de technique et de maitrise **Jeff Nichols** revient derrière la caméra et ce film a tout d’un test pour savoir si il deviendra un futur grand du cinéma. **Shotgun Stories** posait les bases d’un cinéma novateur mêlant l’intimisme et le drame familiale qui frisait le miracle avec un budget minuscule et une sortie en catimini. Quelques temps plus tard, **Take Shelter** venait bousculer son monde avec ses thématiques osées et surtout sa capacité à jouer avec l’esprit du spectateur. Enfin, **Mud** marquait une ouverture des plus réussis en associant un casting fou tout en conservant l’intimisme inhérent à son réalisateur. Tout les films de Jeff Nichols ont en commun la thématique de la famille, de la religion et aussi une maitrise technique que peu de réalisateurs peuvent se targuer d’avoir.

Disons le de suite, Midnight Special est une oeuvre dans la lignée de la filmographie de son créateur. Le pitch est simple : un enfant doté de capacité hors du commun tente d’échapper au gouvernement et à une communauté qui en a fait son *sauveur *. Accompagné de son père et de Lucas (personnage au combien ingénieux dans son écriture), Alton parcourt les routes afin d’atteindre un lieu qui devrait révéler son potentiel.

A mi chemin entre la SF et le drame familial, le film joue avec les genres pour proposer une oeuvre singulière qui allie la simplicité structurelle à la complexité textuelle. En effet, la traque de l’enfant recèle son lot de tension (à ce titre la scène de la découverte du pick-up sur l’autoroute est glaçante) et de moments de suspense (lié à la découverte de la puissance de l’enfant). D’autre part, c’est bel et bien les rapports de l’enfant à ses parents et aussi celles des divers protagonistes qui sont la toile de fond de l’aventure. Si son père l’a abandonné au profit d’un *gourou* dans cette secte appelée *le Ranch*, Alton trouve en son père le réconfort qui le calme et lui permet de gérer son pouvoir. Quand sa mère arrive, le trio formé par les trois personnes laisse l’image d’une belle famille qui s’est perdue et a gâché une possible *vie ensemble*. Et c’est en ce point que le personnage de Lucas est brillant car il est le reflet de notre pensée et de nos émotions. Plusieurs fois durant le film, il est le témoin de ce que nous ressentons, comme ce plan où la petite famille s’étreint avant l’adieu final. Il est aussi l’envie de protéger cet enfant que l’on ressent en dépit du fait que nous ne connaissons que très peu. Ce quatuor évolue au grès des pérégrinations offerte par un scénario impeccable et offre son lot de moments poignants. Notons aussi que le personnage d’Adam Driver renvoit aussi au spectateur avec sa passion quasi enfantine devant les miracles que peut accomplir l’enfant.

Derrière la caméra, Jeff Nichols fait preuve d’une sobriété qui n’a d’égal que son talent. Il lui suffit de la scène d’introduction pour poser le cadre de son histoire et nous embarquer. Signalons les effets de lumières qui sont magnifiques ainsi que le jeu sur le jour et la nuit. La métaphore filée sur la salvation apporté par la lumière renvoit directement à ses protagonistes qui apprennent à donner un sens à leurs vies en se libérant de l’emprise de la secte du ranch.

Film riche et techniquement irréprochable (ajoutons les musiques discrètes et puissantes), Midight Special n’est pas un hommage à la SF des années 80 mais bel et bien la SF de 2016. Signé d’un réalisateur qui n’est l’héritier de personne mais bel et bien un réalisateur UNIQUE qui sera reconnu par ses pairs comme l’un des plus grands de son époque.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s