Show me a hero (HBO)

Déjà connu pour ses célèbres séries **The Wire** et **Treme**, David Simon est un scénariste engagé qui a pour thèmes de prédilection l’intégration, les tensions raciales et un enclin . Avec **Show me a Hero**, il s’attaque à une affaire qui secoua l’état de New York et plus précisément la ville de Yonkers en 1987.Poursuivre la lecture de « Show me a hero (HBO) »

John Rambo (2008)

Les cadavres amassés tels des animaux témoignent de l’horreur dans laquelle baigne la Birmanie. Femmes et enfants ne sont pas épargnés. Les corps putrifiés, mutilés, calcinés semble commun dans le sublime paysage que le soleil tente de faire rayonner. La brume masque l’horreur et vu de haut le pays semble plonger dans la quiétude. LesPoursuivre la lecture de « John Rambo (2008) »

La CoréeReine

Lento (Youn Sun Nah) Posture immobile au milieu d’un pont, elle dégage déjà un je-ne-sais-quoi, Une voix douce nous porte alors vers un autre monde, Un monde où les cultures se mélangent, où les émotions s’entrechoquent, Un monde féerique qui repose sur les épaules de la douceur incarnée. Les acclamations du public se font dePoursuivre la lecture de « La CoréeReine »

Dans ses Yeux (2009)

Dans un théâtre sans forme, j’ai cru reconnaitre ton visage. C’était vraisemblablement un quai de gare où dans ton regard je ne lisais pas un au revoir mais le désespoir. Dans ton regard, j’essai de retrouver la mémoire de ces heures noires où quand tout allait mal, tu étais mon unique espoir. C’est baigné dansPoursuivre la lecture de « Dans ses Yeux (2009) »

Mon temple du blues : Chapitre 2, Electric Bud.

Sweet Tea (Buddy Guy) Né en Louisiane, George « Buddy » Guy se tourne dès son plus jeune âge vers la guitare. Il en fabrique une de fortune avec un simple morceau de bois qui lui permet de se lancer dans la musique modestement. Il débarque à 21 ans à Chicago, la ville où se trouve deuxPoursuivre la lecture de « Mon temple du blues : Chapitre 2, Electric Bud. »

David Simon, le soleil de Baltimore

The Wire (David Simon) Ancien journaliste du Baltimore Sun, David Simon produit deux livres sur les crimes commis dans sa ville durant ses investigations. Homme engagé et doté d’une vision juste, bien que trop pessimiste selon certains network américains, il propose la série The Wire inspiré de son roman Baltimore. L’objectif initial est de dépasser le modele de la série policièrePoursuivre la lecture de « David Simon, le soleil de Baltimore »

Sympathy for Mr.Vengeance (2002)

L’union d’un frère et d’une soeur ouvre le bal poétique et frénétique au cours duquel le coréen sanglant va introniser sa désormais cultissime trilogie de la vengeance. Posté sur le toit d’un immeuble, l’immuable duo que forme Ryu et sa soeur comble notre coeur avec leur bonheur communiquant. Sur fond d’un texte larmoyant, le cadrePoursuivre la lecture de « Sympathy for Mr.Vengeance (2002) »

Mon temple du blues : Chapitre 1, Muddy soit-il!

Electric Mud (Muddy Waters) Muddy Waters est sans conteste l’un des artistes de blues les plus influents qui soit. De son premier enregistrement en 1940 (dans une plantation du delta du Mississippi) à l’arrivée de l’ovni musical Electric Mud il ne cessera d’apporter sa touche au blues. En effet, c’est en abandonnant la guitare acoustique au profit dePoursuivre la lecture de « Mon temple du blues : Chapitre 1, Muddy soit-il! »

Valse avec Bachir (2008)

L’ocre apocalypse se dessine dans le ciel du Liban. Toutes les défenses ont cèdré et une meute de chiens avides de chairs et de sang déboule dans les rues. Symbole du vague et du mystique, cette déferlante de violence ancre le film dans la terreur. Masque de la peur, le visage d’un homme témoigne duPoursuivre la lecture de « Valse avec Bachir (2008) »

Bigger Than Hip-Hop

Let’s Get Free (Dead Prez) Comme un bourdonnement sourd et lancinant, le premier son qui sort du morceau Hip-Hop fait tout oublier. Il n’y a plus rien qui compte seulement les mots qui dans le perpétuel et intraitable bourdonnement résonne plus fort. It’s bigger than Hip-Hop Dead Prez , un nom faisant référence aux présidents morts que l’on trouvePoursuivre la lecture de « Bigger Than Hip-Hop »